24 heures à Sin City

Nevada, nous voilà ! Et me revoilà par la même occasion. Tu as dû remarquer le rythme en dents de scie sur le blog. Je ne vais pas te mentir, je me laisse vivre. Pour la première fois en quatre ans de blogging, je ne cherche plus à être réglée comme un métronome et à programmer mes articles. Et puis, ce sont les vacances, tu n’es pas tellement collée à ton écran. Bref, aujourd’hui parlons peu, parlons… Continuer la lecture de « 24 heures à Sin City »

Bryce Canyon, une ville américaine à découvrir absolument !

Je repars avec joie dans le récit de mon road-trip américain. J’espère que ça te fait également plaisir ! Dans les derniers posts, je te disais combien nous a été hypnotisés par les paysages du Grand Canyon et de Monument Valley. On s’attendait à découvrir « les grands espaces », bien sûr… Mais s’attendait-on à autant ? Je ne crois pas. Mardi 30 mai, c’est dans un état de fatigue plutôt avancé et d’euphorie indéfinissable qu’on a débarqué à Bryce Canyon (Utah). Si tu as lu mes derniers articles, toi-même tu sais ; on a tout donné en 48 heures. La route entre Monument Valley et Bryce Canyon a été pittoresque à souhait, et l’arrivée sur Bryce Canyon au coucher de soleil nous a encore une fois bluffés. Les montagnes étaient comme enflammées et c’était magnifique. Continuer la lecture de « Bryce Canyon, une ville américaine à découvrir absolument ! »

J’étais à Monument Valley

Lundi 29 mai, on reprend la route après une balade incroyable autour du Grand Canyon (mon récit ici). A ce moment du voyage, on comprend qu’on est en train de vivre une expérience merveilleuse. Nous voilà propulsés dans un autre monde. Les paysages rougissent au fil des kilomètres qu’on avale et l’ambiance est juste différente. On s’arrête dans une supérette, Basha’s, à Tuba City (ce nom de ville est tout droit sorti de l’espace !). Alors comme ça, on est en territoire Navajo ? J’étais fascinée de rencontrer des Indiens d’Amérique. Je t’avoue que je ne suis pas experte et je ne veux pas te dire de bêtise mais de l’extérieur, ils ont l’air de mener une vie rurale assez dure. Seul signe de richesse à la self made man : les quatre-quatre dont ils sont friands.

Chez Basha’s, on a acheté des muffins aux myrtilles pour le petit déjeuner du lendemain au rayon boulangerie (ils étaient délicieux) et des boissons. On ne l’a appris qu’à notre retour en France mais sur le territoire Navajo, la consommation d’alcool est interdite. Tu ne peux pas en acheter sur place (évidemment) mais tu ne peux pas en transporter non plus, sinon tu risques un amende, oops !

Dernier stop avant Monument Valley : Kayenta. On a mangé au Burger King. Il faut définitivement que je rédige un article sur les fastfood aux États-Unis. Après cette dernière pause, on a continué à rouler et à quelques minutes de notre hôtel, on a commencé à voir ça :

Monument Valley

Des étendues de films hollywoodiens à perte de vue. Il n’y a pas trente six hôtels. En fait, il n’y en à qu’un à proximité du site : The View. Les prix sont exorbitants mais je crois que nous n’avons jamais aussi bien investi notre argent. Quitte à rogner sur autre chose ou à faire du camping ailleurs, je te conseille vraiment de t’offrir une nuit au The View si tu t’apprête à faire un road trip sur la côté ouest des États-Unis. De l’extérieur, il est fondu dans le décor. De l’intérieur, il offre une vue imprenable sur ce que je considère comme le plus beau site du monde. On est entrés dans le lobby (l’accueil) et on a tout de suite été mis au parfum.

Notre émerveillement est arrivée au paroxysme quand on a découvert notre chambre. Une grande chambre très luxueuse, très propre et très moderne. Comme souvent dans les hôtels américains, on disposait du nécessaire à café, sauf qu’ici c’était du nécessaire Starbucks. Une machine Starbucks, des dosettes Starbucks et même des gobelets en carton estampillés Starbucks. Et la cerise, ce qui justifie le prix par dessus tout : la vue. Comme tu l’as compris, on est arrivés en fin de journée et le soleil a très vite décliné. On a profité d’un coucher de soleil au calme sur notre balcon.

J’ai noté dans notre journal de voyage qu’on est arrivés en grande pompe à Monument Valley et qu’enchaîner Grand Canyon et ce nouveau site, c’était presque trop : on a sans doute vécu la plus belle journée de tout notre voyage. On est restés tard dehors après que le soleil ait disparu, tu sais pourquoi ? Il n’y a pas de lumières artificielles et on n’avait jamais vu un ciel si étoilé. Je n’ai aucune photo pour te montrer cette merveille ; je ne savais pas quel réglage faire sur mon reflex et pour être honnête, je préférais profiter de l’instant présent.

La dernière photo ci-dessus, c’est au réveil, un peu avant sept heures (d’où ma coiffure à faire pâlir d’envie, pas vrai ? :)). Monument Valley se visite en voiture. Il faut être bien équipé car la route est cabossée. Il est possible de partir en quatre-quatre pour une visite privée avec les Indiens. Nous, on a utilisé notre véhicule de location et c’était super mais si on y retourne, j’ai très envie de m’offrir une visite guidée ! Il paraît qu’on nous emmène sur des sites privilégiés et pas ouvert au grand public. Il est aussi possible de faire une balade à cheval. ça doit dépoter !

Le circuit n’est pas de tout repos, vive les nids de poule, la poussière & cie ! Nous sommes partis tôt (7 h 30 maxi) et on a bien fait. D’abord les températures étaient parfaites, ensuite on a évité la foule. J’ai lu des récits de voyage qui décrivaient des invasions de touristes et une chaleur étouffante. ça m’a surprise car nous étions quasiment seuls. On a croisé un ou deux visiteurs à tout casser et encore, ils partaient quand on arrivait sur un point de vue ou vice versa. On suit donc un circuit et régulièrement, on rencontre des « points de vues », c’est à dire le meilleur angle pour regarder tel ou tel rocher. Chaque rocher à son nom : l’Éléphant, les trois nonnes…  En fonction de sonforme.

La faune et la flore ont l’air minimalistes par ici mais on ne se sent pas complètement seul au monde car près de certains points de vue, il y a des marchés artisanaux tenus par des Indiens où on peut acheter des bijoux et autres babioles. Tu l’as compris et je l’ai dit à maintes reprises depuis notre retour : Monument Valley est mon site préféré. Même si j’avais déjà vu ces paysages à la télé, je ne connaissais pas le nom de « Monument Valley ». J’ai été transportée, mon mari aussi. Je partage quelques photos et te retrouve ensuite car la journée est loin d’être finie !

On a fait le tour en quelques heures et c’était déjà le moment de repartir. Et oui, encore un départ forcé ! On n’a connu que ça tant chaque lieu est magnétique. Mais j’ai personnellement quitté Monument Valley avec un grand déchirement au cœur. Heureusement, de belles choses nous attendaient encore et ce, dans la même journée d’ailleurs ! On était mardi 30 mai et en fin de matinée, on a commencé à tracer notre retour en direction de Bryce Canyon (dont je te parlerai une prochaine fois). Sur le chemin, deux décors dignes d’un parfait feed Instagram nous attendaient.

Antelope Canyon

Sur les conseils de notre agence de voyage, on s’est arrêtés à Antelope Canyon. Ici, on visite des canyons de l’intérieur et c’est juste dingue. Les visites ne sont pas libres, il faut partir avec un guide Navajo et s’acquitter de la coquette somme de 50 € par tête. Mais il paraît que ça vaut le détour alors on a tenté et on confirme : ça fait mal aux fesses de donner 100 € pour un couple mais whoua, la claque ! Le guide nous explique des faits historiques et géologiques. Il faut bien maîtriser l’anglais pour comprendre mais notre guide répétait et répondait à toutes nos questions. Elle nous a dit comment régler l’ISO de notre appareil pour un rendu photo optimum et cerise sur la gâteau, elle a fait des portraits de nous.

je ne vais pas les partager ici parce que m. JolisSlims n’est jamais franchement ravi de voir sa tête apparaître sur mon blog mais sache qu’ils étaient si beaux qu’ils font le bonheur de nos mamans, ahah ! La visite dure environ une heure, il y a un guide pour une petite dizaine de personnes mais dans les canyons, on est très nombreux, on se marche presque sur les pieds et ça, c’est franchement la loose !

Horseshoe Bend

Troisième attraction de la journée, le Horseshoe Bend. Il s’agit d’un site très connu situé à Page, Arizona. Il faut marcher un kilomètre sous une chaleur de feu après le parking pour y accéder mais la beauté du truc est à couper le souffle. Perchés sur un sommet rocheux, on plonge dans le Colorado et ses couleurs qui semblent photoshopées: turquoise, vert d’eau, anis, sapin… La marche pour accéder à ce paysage n’est pas si facile bien que le chemin droit et peu accidenté mais le soleil tape très fort. Néanmoins l’effort est vite récompensé !

En revenant de voyage, j’ai reçu un bon d’achat de 50 € chez Saal Digital. J’ai choisi d’immortaliser le Horseshoe Bend sur un support en acrylique 20 x 30 centimètres. C’est plutôt cher puisqu’avec les frais de port j’en ai eu pour 54,90 €. La qualité du support est au rendez-vous, c’est léger, lumineux… La livraison est rapide (quelques jours) et au dos le système d’accroche est facile. Mais j’avoue être déçu : les couleurs ressortent un peu plus exposées que sur la photo originale. Ce n’est pas très punchy du coup. ça rend quand même bien mais je préfère être honnête avec toi, si on avait payé on n’aurait pas été très satisfaits du rendu, ni du rapport prix / taille ! Pour la défense de Saal, aucune photo ne rend justice à la beauté des paysages qu’on a vus. Alors comment une impression pourrait y parvenir ?

Le Horseshoe Bend… Je n’en n’avais pas entendu parlé avant de commencer à préparer mon voyage mais c’est à voir, très clairement ! Et pour le coup, c’est gratuit (chose plutôt rare aux États-Unis !)

Cette fois, on pensait vraiment être arrivés à saturation. Après avoir enchaîné en trois jours le Slide Rock Estate Park et Grand Canyon, Monument Valley, Antelope Canyon & le Horseshoe Bend, comment être encore émerveillés ? C’était presque trop. Trop de couleurs, trop de lumières, trop de surprises… On était sur les rotules quand on est arrivés à Bryce Canyon pour une nouvelle étape. La nuit était déjà tombée et on n’avait qu’une hâte : dormir ! On était coupés du reste du monde. On passait des villes, on s’arrêtait dans des fast-foods avec ce sentiment d’irréalité. C’était comme être dans les séries TV et les films américains qui nous bercent depuis toujours. Et au milieu il y avait tous ces paysages gigantesques, intouchables, hors des normes.

On dit « les grands espaces », aujourd’hui je sais pourquoi. Il n’y a pas un jour qui passe sans que je ne repense à tout ça et que je ne sois prise d’un sentiment de vertige face à tant gigantisme. On parle des grandes villes avec les yeux plein d’étoiles mais crois-moi, le charme est ailleurs ! Vraiment. Je termine ce post sur cette note mélancolique. J’ai presque une larmichette à l’œil ! J’espère t’avoir fait voyager et la prochaine fois, je vais te présenter Bryce Canyon. Je donnerais ma main au feu que tu ne connais pas cette ville et pourtant, elle mérite le détour ♥

Incroyable Grand Canyon

Je continue de t’embarquer dans mon road trip sur la côte ouest des États-Unis. La semaine dernière je t’avouais être restée sur ma faim après quatre jours passés à Los Angeles. Mais ce que j’ignorais encore c’est que j’allais en prendre (vraiment) plein les yeux par la suite. Direction le Grand Canyon.

Sur la route du Grand Canyon

LES JOLIS SLIMS GRAND CANYON

Entre Los Angeles et Tusayan où on se rendait pour visiter le Grand Canyon il y a une trotte. Une longue trotte. On a fait un crochet par Kingman, je te confiais déjà ça la semaine dernière. Et le dimanche matin, après un brunch très copieux, on a doucement continué à entrer dans l’Amérique profonde que je rêvais de découvrir. Sur la route on s’est arrêté quelques fois pour un café au Starbucks, pour pousser les portes d’un Target (trop curieux !) et acheter des Twizzlers, des chewing-gums à la cannelle et des Oreo qu’on ne trouve pas en France. On s’est également arrêté à Sedona, Arizona, pour une petite randonnée dans le Slide Rock Estate Park en début d’après-midi. C’est là qu’on a pris conscience du truc, tu vois.

Il y avait pas mal de monde et on  a décidé de suivre un chemin peu fréquenté. C’était dur, c’était immense, c’était magnifique. On a commencé à voir la terre rouge, les roches et tout simplement l’immensité de la chose. Le côté sauvage aussi. Voilà à quoi ça ressemble en deux images :

LES JOLIS SLIMS Slide Rock Estate Park

LES JOLIS SLIMS Slide Rock Estate Park

C’est beau, tu ne trouves pas ? Ça grimpait, il faisait chaud et on s’est tué les jambes mais je je le referais cent fois. On a ensuite repris la route jusqu’à notre hôtel, le Red Feather Lodge à Tusayan. On était vraiment claqués et toujours émerveillés de ce qu’on venait de voir, il était déjà un peu tard et on est allés dîner au Wendy’s. Je te recommande ce fast-food et notamment leurs frites « garnies » qui sont un régal, elles ressemblent à ça :

LES JOLIS SLIMS WENDY'S

les burgers sont généreux et bien frais aussi. Pour te situer un peu, Tusayan est une ville de l’Arizona très proche du parc national du Grand Canyon. On entre en voiture dans les parcs nationaux et il y a une sorte de péage aux entrées. Il est possible de payer à la journée ou de prendre un pass à l’année. On a opté pour le pass annuel car il est valable dans plusieurs parcs et on y gagnait au change. Après dîner, on a décidé de tenter le coucher de soleil sur le Grand Canyon. Best idée ever !

LES JOLIS SLIMS GRAND CANYON SUNSET

LES JOLIS SLIMS GRAND CANYON SUNSET

Tu n’as pas idée de ma frustration là. J’ai envie de te faire vivre ce moment magique mais les photos (et même les films d’ailleurs) ne sont qu’une pâle copie de la beauté du spectacle. C’est à couper le souffle et c’est à des années-lumière de notre quotidien (du mien en tout cas !). Il y a beau y avoir un peu de monde, des voitures pas si loin, etc… C’est la nature à l’état sauvage. C’est à dire que rien ne t’empêche de sauter du Grand Canyon si ça te chante. Il n’y a pas de cordon de sécurité, pas de poubelle tous les deux mètres, rien de tout ça. Par contre il y a beaucoup de respect et d’entretien. On voit rarement des ordures traîner par terre, personne ne fait pipi derrière les arbres et les mégots sont inexistants. C’est hors du temps je te dis !

La faune n’est plus vraiment sauvage et tu peux croiser des biches et tout un tas de petits et gros rongeurs qui font leur vie à un pas de toi. Le soleil s’est couché et la palette de couleurs à commencé à s’homogénéiser. On était au bout du rouleau mais zéro envie de rentrer ! Il a bien fallu pourtant alors on a mis le réveil et on s’est levé tôt le lundi matin pour retourner au Grand Canyon, tout-de-suite ! Sur les conseils de Comptoir des Voyages (notre agence), on a déjeuné à El Tovar, dans le parc. C’est un restaurant haut de gamme au look cow-boy improbable et à voir de toute urgence ! La lumière (très) tamisée n’a pas permis de faire des photos folles, dommage !

LES JOLIS SLIMS GRAND CANYON EL TOVAR

Côté palais, c’était bon mais côté CB, on l’a un peu en travers. Je n’ai pas retrouvé la note mais en gros il faut compter 20 $ par tête minimum. Cher le petit déj’ ! Même si on est content de l’expérience, avec le recul je te conseille plutôt de ne pas perdre de temps si tu n’as qu’une journée pour visiter Grand Canyon (comme nous). Tu peux rentrer dans l’hôtel El Tovar pour mater un peu la déco et filer ensuite directement dans le décor. On a choisi de suivre Hermit Road (il y a plusieurs itinéraires pour longer le canyon ou carrément y descendre).

Hermit Road longe un morceau du Grand Canyon. Des bus circulent sur tout le trajet et il y a une dizaine d’arrêts sur les points de vue à ne pas louper. On a décidé de faire le circuit à pied et de redescendre en bus au retour.

Tôt le matin les roches sont comme fumées, un peu bleues, et puis le soleil se lève vraiment et tout devient plus chaleureux. Je crois que les images décriront mieux le paysage que mes mots mais rappelle-toi que c’est bien plus bouleversant en vrai de vrai ! Même si on était sur un parcours très touristique, il y avait peu de monde. D’ailleurs on faisait partie des rares à marcher. Les autres préféraient le bus. C’est dommage car il y avait un chemin goudronné pour favoriser le passage des poussettes et fauteuils roulants. La balade était très confortable, je l’ai même faite en sandales.

LES JOLIS SLIMS GRAND CANYON

LES JOLIS SLIMS GRAND CANYON

LES JOLIS SLIMS GRAND CANYON

LES JOLIS SLIMS GRAND CANYON

LES JOLIS SLIMS GRAND CANYON

Voilà Pour cette étape. Premier pas dans le grand rêve. Sur la dernière photo, vois-tu le Colorado qui joue à « où est Charlie » ? Promis je te réserve une vue incroyable sur ces eaux dans un prochain article ! Quand je pensais à mon voyage, le Grand Canyon ne me faisait pas plus rêver que ça. Après tout c’était du déjà-vu, une image d’Épinal. La vérité c’est qu’avant de le voir « en vrai », je n’avais rien vu. Et on n’était pas au bout de nos surprises puisque le jour-même on a repris la route pour Monument Valley. Une ville et un site moins connus de nom mais dont les images ont fait le tour du monde. J’ai tellement hâte de te raconter !

Mais en attendant, que penses-tu du Grand Canyon ?
As-tu eu l’occasion de le visiter ou est-ce que ça te tenterait bien ?

Pourquoi on n’a pas accroché avec Los Angeles ?

Mercredi 24 mai, direction Los Angeles. La seule, l’unique. La ville d’Hank Moody (les vrais savent…). Je me rappelle m’être battue pour qu’on reste « longtemps » à Los Angeles. Mon mari n’en n’avait pas plus envie que ça et notre conseillère à l’agence de voyage nous disait que deux jours sur place étaient largement suffisants. Au final, je suis contente d’avoir vu Los Angeles, de dire « j’y étais ». Mais clairement, ce n’est pas la ville de mes rêves et je suis déçue de ne pas avoir été transcendée. Continuer la lecture de « Pourquoi on n’a pas accroché avec Los Angeles ? »