Mystérieuse Death Valley

 

Mois d’août oblige, je réduis vraiment mes publications. Non pas que je n’ai rien à te raconter, juste que tu n’es pas forcément là pour me lire ! Mais quelque chose me dit que ce nouveau récit de voyage pourrait te plaire. Je vais te parler de mon expérience dans la Death Valley. Si jamais tu n’as pas suivi le truc, mon mari et moi avons fait un road trip sur la côte ouest des États-Unis pour notre lune de miel. Je te parlais de notre itinéraire (ici) et depuis, je publie environ une fois par semaine un carnet de voyage étape par étape.

Oh tu sais, ça commence à sentir la fin !  En comptant celle-ci, il ne reste plus que trois étapes. Ça me rend un peu triste car j’ai l’impression de rentrer de voyage pour la seconde fois. Te raconter mes aventures me projette à nouveau en Amérique et ça, c’est très chouette 🙂

I went to Death Valley

death valley vallée de la mort

Comme tu le sais si tu suis assidûment mes récits, la veille nous étions à Las Vegas, Nevada. Nous y avons passé une partie de la journée et hop, direction la Vallée de la Mort. Elle se situe en Californie et ce qu’il faut savoir, c’est que c’est un parc national. Ça signifie qu’elle est balisée, touristique, équipée de toilettes sèches à certains endroits (mais avec la chaleur, l’odeur est insupportable, je te conseille de prendre tes dispositions avant)… Et même de restaurants, boutiques… mais de manière plus ponctuelle. Il était plus de 19 heures quand nous avons débarqué dans un paysage désertique et lunaire sous un début de coucher de soleil qui enflammait les terres. Tu m’excuseras mes emportées lyriques mais je rêve depuis toute petite de ces paysages de films d’horreur, on ne me tenait plus ! On s’est arrêté sur un « point de vue » indiqué sur la route pour profiter du spectacle.

death valley vallée de la mort death valley vallée de la mort

Notre hôtel, le Furnace Creek Ranch, nous a laissé un souvenir impérissable. En plein milieu du désert, il est composé de nombreux petits bâtiments et l’ambiance cow-boy et bonne franquette est palpable. C’est le genre de lieu où tu aimerais rester quinze jours pour te ressourcer. Il y a une piscine, un golf (oui, oui, au milieu du désert ; les américains ne sont pas écolos !), des restaurants et un peu tout pour assurer le confort des visiteurs.

Notre chambre baignait dans son jus, entre la vielle moquette et les meubles éraflés, on a vu mieux ! Mais elle vibrait d’un charme d’antan tout singulier ; sur le balcon, deux rocking-chair nous attendaient. La soirée du premier juin était douce et calme (pour ne pas dire absolument silencieuse). Notre chambre était à cinq minutes de marche du restaurant sur lequel nous avions jeté notre dévolu. Sur le trajet, on a croisé des lapins et des grenouilles, j’avais cinq ans.

On a mangé dans une espèce de bar / restaurant à l’américain où j’ai bu des litres de Root Beer. Il s’agit d’un soda sans caféine au goût de plante. En France, j’achète la marque A&W au rayon produits du monde mais elle coûte une bras ! On a aussi partagé une pizza fromage, bacon, et pepperonis. Que des bonnes choses quoi !

death valley vallée de la mort furnace creek ranch death valley vallée de la mort furnace creek ranch death valley vallée de la mort furnace creek ranch death valley vallée de la mort furnace creek ranchdeath valley vallée de la mort furnace creek ranch

Cinq heures trente, vendredi deux juin

Le jour se lève à peine (la photo ci-dessus a été prise à ce moment-là, à l’hôtel) et nous, nous filons déjà découvrir la vallée de la mort avant le flot de touristes. Ce qui est dingue, c’est d’être seul dans le désert. Seuls au monde, nous étions. À l’accueil de l’hôtel, on nous a donné  un plan du parc. Il faisait déjà 25°, raison de plus pour ne pas tarder. Il y a des précautions à prendre ici : vérifier son plein d’essence, avoir plusieurs litres d’eau avec soi, ne pas pousser la clim à fond pour ne pas faire surchauffer la voiture et quand il fait vraiment chaud, ne pas rouler trop vite pour ménager les pneus.

C’était l’aventure ! La seule chose qui m’effrayait (et m’excitait à la fois, j’avoue !) était de croiser la route d’un serpent à sonnette. Des panneaux « warning, rattlesnake » pullule sur place. En gros, tu circules en voiture et tu t’arrêtes sur les points de vue indiqués sur ta carte. Alors tu descends de ton véhicule bien sécurisé et tu t’aventures dans le désert, les chevilles dénudées parce qu’il fait bien trop chaud pour mettre un jean ! Si l’idée de croiser un serpent te tétanise, sache que malgré les alertes, nous n’en n’avons pas vu un seul et quelqu’un nous a dit qu’il était plus que rare d’en croiser par ici. Voilou !

death valley vallée de la mort death valley vallée de la mort death valley vallée de la mort death valley vallée de la mort death valley vallée de la mort death valley vallée de la mort

La Vallée de Mort n’est pas monotone mais ses paysages se ressemblent, c’est vrai. Ce sont des étendus monochrome. Ça ne m’a pas empêché de craquer sur tout ce que je voyais ! Les dunes m’ont rappelé Beetlejuice et les serpents des sables (les vrais savent !) et j’avais vraiment l’impression de marcher sur la lune parfois. Quant au plus bas niveau de la mer… du sel ! Des étendus de sel qui ressemblent à de la neige qui fait la gadoue.

Nous n’avons croisé personne avant huit heures du matin, ça aide à la projection. Le parc est immense et nous n’avons pas pu tout faire. Entre les visites de site, nous avons traversé trois villes « habitées » vraiment pittoresques : Beatty, Stovepipe Wells et Panamint Springs Resort. Trois décors de film d’horreur, mais alors vraiment ! Tout est dans son jus, ç’en est terrifiant, mais les gens sont accueillants comme nulle part.

La ville fantôme de Rhyolite

death valley vallée de la mort rhyolite

À défaut de pouvoir visiter un village créé de toute pièce pour les essais nucléaires (comme dans La colline  des yeux (!!)), on a visité une ville fantôme. Il y a en a plusieurs mais nous avons choisi Rhyolite. Elle se situe dans le Nevada (oui, la Death Valley est à cheval sur la Californie et le Nevada) et elle a été construite au début du vingtième siècle. En l’espace de dix ans, c’est devenu une « grande ville » bien équipée avec école, banque, téléphone et tout le confort de l’époque. Puis, en quelques années elle a été désertée suite à une crise économique. C’est assez dingue quand on y pense… Les vestiges se visitent et permettent de jolies photos instagramables, tout n’est pas perdu, ouf !

death valley vallée de la mort rhyolitedeath valley vallée de la mort rhyolite death valley vallée de la mort rhyolite death valley vallée de la mort rhyolite death valley vallée de la mort rhyolitedeath valley vallée de la mort rhyolite

Dernière étape pour nous ; une mine. Le site est bien caché, pas facile d’accès et loin de tout. En plus, il n’est pas du tout sécurisé, ça donne du cachet mais pas forcément la confiance, vois-tu ! Rien ne t’empêche d’entrer dans la mine, il n’y a même pas de panneau « danger ». Comme nous sommes courageux mais pas téméraires, nous sommes restés devant l’entrée, ahah ! À l’exception d’un lièvre et de rares écureuils, nous n’avons pas croisé beaucoup d’animaux ce jours-là alors qu’elle ne fût pas notre surprise quand au détour d’un virage, nous nous sommes trouvés nez à nez avec un troupeau d’ânes sauvages ! Ils nous regardaient bêtement et j’ai dû sortir de la voiture pour les faire sortir du milieu de la route. Cette anecdote est nulle à raconter mais le manège a bien duré vingt minutes et ça nous fait un chouette souvenir !

death valley vallée de la mortdeath valley vallée de la mort rhyolite death valley vallée de la mort rhyolite

Au final, je n’ai qu’une envie : revoir la Vallée de la Mort ! Non, les paysages ne sont pas transcendants, ils sont bien moins magiques que les canyons et leurs facettes à n’en plus finir. Mais il s’est passé un petit quelque chose dans mon ventre. Je me sentais bien là-bas, c’était comme être dans un lieu connu et réconfortant.

Est-ce que ça vaut le détour ? Sans conteste, oui ! Et c’est à voir absolument si tu passes dans le coin.

death valley vallée de la mort rhyolite

As-tu déjà visité la Death Valley ? Sinon, est-ce que ça te tente ?
Si tu as aimé me lire, partage ♥
Facebook
Twitter
YouTube
INSTAGRAM
Pinterest
This entry was posted in VLOG.

4 comments

  1. etaureliealors says:

    Je dois dire que tu n’es pas très très gentille avec tes articles car tu me donnes qu’une envie, y retourner ! (et ça sera pas avant longteeeeeemps…) On a juste traversé la vallée de la Mort, on ne s’est pas arrêtés. Moi ce qui m’avait interpellée dans le désert c’est toutes les zones « militaires » interdites d’accès, tu te demandes vraiment ce qui se passe ici…
    Bises

    • lesjolisslims says:

      Oh ben au contraire, tu devrais me remercier de te faire re-voyager pr procuration 😀
      Nous non plus on n’y retournera pas avant trèèèèès longtemps. A moins de gagner au loto, mais comme on ne joue jamais, les chances sont limitées.
      Alors je ne me rappelle pas avoir vu ce type de zones militaires ?? Je veux bien te croire, c’est cheloue ! On est resté dans la partie du parc plus touristique je pense. Par contre, je n’en parle pas dans l’article mais c’est tout le cirque fait autour de la zone 51 qui nous a fait peur, ahah ! On a vu des stations essence décorées comme des magasins de jouets ou des entrées de parcs d’attractions bas de gamme avec des extraterrestres en plastiques. Bizarre !
      Bref, je crois qu’on est d’accord pour dire que les USA, c’est un peu un monde à part 😉

  2. LePlacardDeDelph says:

    Je lis avec passion chacun de tes articles sur ton road trip Delphine *.* Je voyage, c’est fantastique. La Vallée de la Mort me tente, pas pour ses paysages sauf le Badwater Basin et ses étendues salées, mais pour ressentir cette chaleur de four ! Oui oui, la nana un peu maso ahah. Le plus chaud que j’ai connu c’était en juillet à Athènes il y a 10 ans, il a fait 48°C (à l’ombre évidemment).. Et j’ai envie de ressentir à nouveau cette chaleur infernale, même brièvement ahah. Revivre ce que ça fait, j’en garde un souvenir écrasant. Bref Merci pour ce partage, c’est top !

    • lesjolisslims says:

      Merci beaucoup Delphine 🙂
      J’avoue que dit comme ça, tu fais folle effectivement, ahah ! Mais je comprends ce que tu veux dire. C’est une ambiance dingue. Moi, j’ai détesté la qualité de l’air à Las Vegas mais c’était tellement particulier que j’aimerais ressentir la même chose à nouveau.
      Je n’ai jamais vu la Grèce mais j’adorerais *.*

Laisser un commentaire