La grossesse n’est pas ce à quoi je m’attendais

Ma grossesse touche à son terme puisque d’ici la fin du mois je serai l’heureuse propriétaire d’une bébé tout neuf (et sans doute rose fluo vu la dose de Spasfon que j’ai ingérée en mars… Merci la surmédicalisation, on vous aime :* ). Il s’en est passé des choses en neuf mois ! Mais pas forcément celles auxquelles je m’attendais…

les jolis slims grossesse ventre 36 SA

◊ J’ai appris à prendre soin de ma santé… par plaisir !

Avant, j’imaginais que se priver d’alcool, de cigarette et de poisson cru pendant neuf mois était insurmontable. Je ne te dis pas que ces plaisirs coupables ne me manquent pas régulièrement mais mes envies de femme enceinte sont plus axées avocat, ananas et orange. Sans compter les kilos d’épinards, les amandes et… l’eau engloutie par citerne. Je me suis également mise à savourer du chocolat noir (ce que je n’aimais pas du tout avant).

En bref, non toutes les femmes enceintes ne se lèvent pas à quatre heures du mat’ pour engloutir un pot du Nutella format familial chaque jour. C’est vrai que j’ai plus faim mais je mange surtout vraiment mieux et sans que ça ne me demande d’effort.

◊ Le manque d’humanité du personnel soignant

Alors ça… Je ne m’y attendais pas DU TOUT. Je rêvais d’être accompagnée dans ma grossesse, j’ai été traitée. Comme quelqu’un de malade en fait. Sauf que je ne suis pas malade, je suis enceinte. J’ai vite compris qu’il était inutile de partager mes gênes physiques avec ma sage-femme, mon médecin traitant ou ma gynéco. J’attendais de leur part un discours rassurant, des astuces de grand-mère ou des méthodes naturelles. On ne m’a proposé que des médicaments.

Parfois un peu mal au dos ou à la tête ? Doliprane. Mal au ventre, aux ligaments ? Spasfon. Je hochais la tête, prenais mon ordonnance mais n’allais jamais retirer mes médicaments à la pharmacie. Pourquoi me gaver de molécules chimiques là où des alternatives naturelles existaient ? J’ai fini par ne plus divulguer mes petits maux parce que je ne cherche pas une aide médicale.

Le pompon a quand même été ce repos imposé d’un mois et ce gavage de spasfon (plus de six par jours !!?) en mars dernier que je continue à voir comme un excès de zèle. La seule chose que ça a fait, c’est nous fatiguer nerveusement et physiquement. Super état d’esprit pour accueillir bébé maintenant !

◊ Les femmes enceintes n’exagèrent pas

Comme je ne suis pas du genre à m’écouter, j’ai beaucoup de mal avec les gens maniérés. Autant te dire que les femmes enceintes me sortaient un peu par les yeux à marcher comme des pingouins, à chipoter à table et à rechigner à soulever un petit carton.

Tomber enceinte ne m’a pas rendue plus narcissique, je te rassure. Mais j’ai développé « ce truc » qui fait que je suis responsable de la santé d’autrui. Je ne me ménage pas pour mes bras mais bien pour que tout se passe bien à l’intérieur. Alors oui, je suis regardante parce que je pense à la fausse couche, aux malformations, à la souffrance foetal, à la fissuration de la poche des eaux…

◊ La grossesse, c’est pas si terrible que ça en avait l’air !

J’imaginais neuf mois de souffrance. Je ne vais pas te dire que j’ai vécu la plus belle année de ma vie ; être enceinte, c’est chiant. Mais j’ai survécu sans prendre vingt kilos (enfin, je ne vais pas parler trop vite, j’ai encore quinze jours à tenir, hihi), sans vomir mes tripes et globalement sans souffrir outre mesure.

C’est plus une situation d’inconfort permanent qu’une torture. Et ça n’est pas non plus une impression d’avoir la gastro pendant neuf mois comme le raconte Florence Foresti 😉

◊ La Terre entière se projette dans ta grossesse

Donc tu es enceinte. Scientifiquement ce qui grossit dans ton ventre n’a été fait qu’à deux. Un spermatozoïde, une ovule. Vous n’étiez à priori que deux lors de la conception et pourtant… Beaucoup de gens étrangers à l’affaire semblent s’impliquer un peu trop.

Tout commence à l’annonce… On m’a reproché de ne pas l’avoir dit « plus tôt » ou encore de ne pas avoir partagé le fait qu’on essayait d’avoir un enfant. Tu le sauras, l’activité de ton utérus doit être référencée régulièrement, hein.  Sur le même terrain, ça continue avec l’annonce du sexe (ah oui, tu DOIS partager le sexe de ton enfant. Et ce dans les minutes qui suivent ta sortie de chez le gynéco, si possible). J’attends les remarques après l’accouchement. Certains vont être déçus qu’on ne les appelle pas pile au moment de l’expulsion ^^.

J’ai été surprise des questions (très) intrusives sur mon alimentation, mon poids, mes maux. Les « ah ben, t’as bien grossi » ou « whoua il va falloir changer de blouson ! » sont plutôt déplacés et désagréables à entendre mais ça passe encore… par contre les questions directes du type « tu as pris combien de kilos ? », « t’es pas trop constipée ? » ou « tu es sûre que tu peux manger ça ? », comment dire… Je préfère ne partager ces infos qu’avec ma gynéco si ça ne te dérange pas 😀

Mais la cerise sur le pompon de la pomponette, ce sont les injonctions du type « tu dois allaiter », « tu dois pratiquer le cocododo », « tu dois l’inscrire à la crèche », « tu dois acheter tel bidule » (avec menace que ton bébé meurt dans d’affreuses souffrances si tu ne suis pas ces conseils). J’ai un scoop : c’est mon bébé, pas le tien ! Si j’ai envie de le saouler au champagne via le placenta puis de le laisser s’étouffer dans son lait chimiquement transformé seul dans sa propre chambre pendant que je fume un joint dans le salon, à la limite c’est mon problème, pas le tien. Merci !

Le plus fun dans tout ça, c’est que ce ne sont généralement pas nos proches se permettent ce genre de discours ;))

◊ Le fameux « tu verras »

Le « tu verras » est souvent lancé sur un ton aigri (voire carrément agressif) après que tu te sois poliment opposé à l’injonction de faire quelque chose d’une tierce personne. Chacun aimerait que tu colles à ses valeurs, ses envies et son expérience. Sauf que j’ai un autre scoop : on est tous différents. Ce n’est pas parce que tu n’es pas arrivé à t’en sortir avec les couches lavables qu’on n’y arrivera pas non plus. Ce n’est pas parce que ton bébé faisait ses nuits seul à un mois qu’on aura la même chance juste en calquant TA méthode miracle.

Alors oui, c’est vrai, on verra bien. Mais si tu ne veux pas entendre notre point de vue, la meilleure des choses à faire est de garder tes questions intrusives pour toi. CQFD. Le « tu verras » plein de mépris est agaçant à chaque étape de la vie mais pendant la grossesse, c’est juste insupportable. Et perso, ça ne me donne que moins envie de te parler et de t’écouter 🙂

◊ Le prénom est un sujet… pénible ?!

Avant même qu’on ne connaisse le sexe, on commençait à nous demander si on avait déjà des idées en tête. On répondait que non alors qu’on savait comment on appellerait notre premier enfant, fille ou garçon avant même qu’on ait en tête de le concevoir. Et qu’est-ce qu’on a bien fait de se taire ! On a dit avoir choisi le prénom vers cinq ou six mois de grossesse et depuis, on est tanné. Crois-le ou non, je me suis retrouvée avec de parfaits inconnus qui ont essayé de me faire cracher le prénom. Est-ce que c’était hyper envahissant ? Ooooh oui !

Dans les variantes, tu as ceux qui essayent de te piéger avec des « tu m’as dit qu’elle s’appelait comment déjà ? » ou avec des « alors Chloé va bien ? ». J’ai aussi eu droit à « je sais que tu ne veux pas le dire mais à moi, tu peux le dire quand même ? » ou « allez dis-le, je ne dirai pas à M. JolisSlims que je sais ». La réponse est toujours non 🙂

J’ai un conseil que j’appliquerai aussi à l’avenir maintenant que je sais ce que c’est : ne donne pas ton avis sur les prénoms ou les styles de prénoms que tu aimes ou non à de futurs parents. Ils s’en foutent, sauf si ce sont eux qui lancent le sujet bien sûr. Et tu risques juste de les blesser en taclant le style de prénoms ou pire, LE prénom qu’ils ont choisi.

Il faut cependant être réaliste, quelque soit le prénom que tu choisiras, il ne fera pas l’unanimité. Voilà pourquoi les seuls personnes habilitées à voter pour le prénom devraient toujours êtres les géniteurs selon moi.

◊ Le bébé bouge… Et ça n’est ni douloureux, ni dégoutant !

Bon ok, c’est peut-être un peu dégoûtant, ou tout du moins déroutant. Mais ça n’est pas ce à quoi je m’attendais. Avant d’être enceinte, l’idée de porter un bébé ne m’enchantait pas plus que celle d’avaler un ténia. Et si je devais être honnête à 100 %, il m’arrive encore de ressentir un certain malaise à l’idée qu’il y ait quelque chose de vivant dans mon ventre. En revanche, ça ne gâche pas la part de magie.

Sur les forums, les mamans disaient qu’on sentait comme des bulles de champagne dès quatre ou cinq mois. Je me suis mise à attendre ces sensations, à la fois impatiente et réticente. Au final, ce sont de ces dernières semaines que je profite vraiment. Ma fille déforme mon ventre (c’est franchement impressionnant) à coups de pied et de fesses. Ce fameux pied (avec lequel elle a tenté de détruire un de mes ovaires ; je la soupçonne de vouloir rester fille unique), je le lui masse à travers mon ventre quand elle le fait pointer. Je me plais à croire qu’elle s’en rappellera quand elle sera dehors et que les massages des petons la rassureront.

◊ J’ai déjà appris à faire des concessions

Ma fille n’est pas née, j’ai encore du mal à croire que je suis vraiment enceinte et qu’on va accueillir un bébé et pourtant, j’ai déjà des attitudes de maman. Il y a donc cet instinct de protection dont je te parlais plus haut : je fais naturellement attention à ce que je mange et à ce que je fais pour ne pas la blesser in utero. Mais ça n’est pas tout.

Moi qui ne ressens aucun intérêt pour les bébés et les enfants en général, j’ai passé ces derniers mois à dévorer des livres d’éducation, des témoignages de maman, les épisodes des Maternelles des dix dernières années et j’en passe. Je ne me force pas, j’ai juste envie de tout connaître pour donner ce qui me semble le plus approprié.

Et je termine sur un sacrifice de grossesse que je n’aurais jamais pensé faire : mon bureau. Pour l’instant, on vit dans un appartement qui n’a que deux chambres. La nôtre et mon bureau. Il m’a toujours semblé inconcevable de me séparer de mon bureau. J’aurais éventuellement accepté de le partager… Je parlais d’ailleurs d’un paravent à mettre entre le lit du bébé et MON espace. Mais rapidement, c’est l’idée que ma fille, même tout bébé, n’ait pas un lieu rien qu’à elle qui m’a paru inconcevable. Alors j’ai trié, jeté, donné. Bref, j’ai vidé mon bureau. Et tu sais quoi… Je le vis très bien 🙂

Si tu n’es pas encore maman, quels préjugés as-tu sur la grossesse ? Et si tu l’es, qu’est-ce qui t’as surprise pendant cette période ?

34 réponses sur “La grossesse n’est pas ce à quoi je m’attendais”

  1. Pour moi est encore loin le moment où je me vois enceinte, mais je m’imagine déjà constipée pendant 9 mois, ne me demande pas pourquoi ‍♀️ Aah les gens et leurs commentaires déplacés ne cesseront de ne me consterner. Mais bon je me dis que le monde ne tournerais pas rond sans eux.
    Je te souhaite une toute belle fin de grossesse et surtout plein de bonheur dans votre nouvelle vie à trois

    1. Ahah ! Je ne sais pas comment ton corps va réagir mais je peux d’ores et déjà te rassurer, ça n’est pas une fatalité. J’y ai personnellement échappé, c’est donc possible 😉
      Oui, on s’ennuierait sans les remarques désobligeantes et je n’aurais pas pu écrire un article aussi long ! Je te remercie pour ton message et tes encouragements :*

  2. Cela me choque un peu le terme « propriétaire ». C’est un bébé pas une chose. Et aucun être humain, même celui que l’on met au monde ne nous appartient…

    1. Arf… L’humour, c’est comme les prénoms, on ne fait définitivement jamais l’unanimité 😉
      C’était du millième degré, je suis à mille lieues de penser mon enfant comme un objet, d’ailleurs, je pense que le reste de l’article est plutôt clair à ce sujet, surtout le dernier point !

  3. Oh la la, comme on y a toutes droit aux préjugés…! Quand tu as un enfant, tu es tellement davantage jugé ! Et ça s’arrange pas après la naissance :/. On jugera sans cesse tes choix. J’en devenais parano mais ça va mieux aujourd’hui. Je suis plus sûre de mois.

    Et puis finalement tu vois que tu as des discours complètement différent d’un proche à un autre, d’un médecin à un autre, d’un inconnu à un autre.. Il y a ceux qui sont pour le cododo mais ceux qui le voient comme un danger. Et l’allaitement, c’est difficile aussi. Il vaut mieux s’entourer de personnes qui ont la même vision que toi !
    Et pour les médoc, tu as bien eu raison de ne pas les prendre. J’ai eu la chance de tomber sur des sage femmes qui savaient prescrire de l’homéopathie ^^. Pendant ma grossesse, je me suis d’ailleurs rendue compte à quel point il était largement faisable de se passer de médicaments et qu’on en prenait beaucoup trop pour tout et rien !
    Je te souhaite une bonne fin de grossesse

    1. Tu ne m’encourages pas du tout mais pour le coup, je suis bien préparée. Je comprends qu’on passe par une période de paranoïa, voire de remise en question parfois. Quand on te regarde comme si tu étais capable de blesser ton enfant, tu perds un peu confiance en toi ! Mais même en faisant la part des choses, on rumine un peu après avoir reçu une remarque ou un conseil déplacé. C’est comme ça, on n’empêchera pas chacun de se comporter comme il veut.

      Je ne sais pas si c’est une illusion, mais j’ai le sentiment qu’en devenant parent, on gagne en tolérance. D’ailleurs, les « avis » cassants viennent souvent de gens qui n’ont pas d’enfant. Est-ce qu’il n’y aurait pas deux clans dans la vie, les sans-enfant et les avec-enfant(s) ?! Ma vision des choses change doucement mais drastiquement depuis que je suis enceinte, et je me dis que ça n’est que le début.

      Je trouve qu’on prend trop de médicaments en général alors pendant la grossesse… Tu as eu de la chance de tomber sur des sage-femmes qui prônent l’homéopathie ! Je râle de mon côté mais je sais bien que c’est de ma faute, j’aurais dû me renseigner avant. Disons que j’ai découvert beaucoup de choses sur le tard, la maternité ne m’intéressait tellement pas avant !

      Merci pour ton petit mot :*

  4. Quel bel article. Je ne suis pas enceinte, et je ne sais pas quand est-ce que je le serais, mais j’ai adoré lire ton article. Il est rassurant et drôle. Cela ne m’étonne pas pour la partie où les gens se projettent dans la grossesse. Je trouve cela déplacé. En tout cas bravo pour cet article.
    Bises

    1. Merci beaucoup Olivia, ton message est adorable 🙂
      Pour la projection, je ne crois pas que ce soit conscient, du coup j’essaye de ne pas en vouloir aux gens. Mais c’est très surprenant ! Et pour être honnête, ça met un peu mal à l’aise aussi ^^
      Gros bisous :*

  5. Hello. Bravo. Un article qui me correspond à 100% et qui me conforte dans mes idées. Médicaments, nourriture, tout çà. Je partage tes impressions et sentiments. Comme toi, également, je n’ai pas un intérêt particulier pour les bébés, et pourtant, l’instinct maternel prendra le dessus lorsqu’il s’agira de mon enfant. Quant au prénom, hors de question de lâcher le morceau avant l’accouchement, de même que le sexe du bébé. De nombreuses personnes seront déçues, mais c’est notre choix. Cette bulle de bonheur sera la nôtre, jusqu’au bout. J’en suis a 5SA + 2. L’aventure commence pour moi…
    bonne journée 🙂

    1. Félicitations Élise ! Je suis tellement contente pour toi :)) Comme j’ai l’impression d’être enceinte depuis trois ans, les 5 SA me semblent loiiin ! Et en même temps, je re-visualise très bien cette période.Tu dois actuellement commencer à chercher où accoucher, dans quelles conditions… N’hésite pas à bien te renseigner parce que ce n’est pas ta sage-femme ou ta / ton gynéco qui s’adapteront à tes envies, hihi ! En revanche, si ça peut te rassurer, ils sont quand même très gentils dans mon cas, je ne suis pas maltraitée. C’est juste une divergence de point de vue qui gâche un peu mon expérience et qui génère un certain stress là où il pourrait ne pas y en avoir.

      J’imagine que ton instinct de maman prendra le dessus, oui ! J’ai mis des mois à intégrer l’idée que j’étais enceinte. Quand mon ventre a commencé à sortir (assez tard, c’est peut-être pour ça aussi…), je me demandais un jour sur deux pourquoi j’étais ballonnée avant de me rappeler… LOL ! Et même aujourd’hui, alors bébé bouge, qu’on en parle beaucoup, que sa chambre est archi prête… J’ai du mal à me dire que c’est réel et qu’on sera trois d’ici quelques jours ou semaines *.*

      Vous avez raison de protéger votre jardin secret. On partage tellement de choses pendant la grossesse qu’on a l’impression qu’elle ne nous appartient plus :/ Il y a des moments où j’aurais aimé avoir gardé le sexe pour nous. Mais nos plus proches (amis & famille) étaient tellement impatients et contents qu’on leur dise pour qu’ils puissent se projeter à leur tour (avec bienveillance, je précise ;)) que je ne regrette pas tellement. La seule chose qui me saoule, c’est qu’on commence à genrer mon tout petit bébé même pas né à coup de « elle va être coquette comme sa maman », « tu vas lui faire des tresses », sans parler des vêtements roses ! Mais je me raisonne, je sais que ça ne part pas d’un mauvais sentiment et que je suis très susceptible 😉

      Je vous souhaite plein de bonheur et de projets pendant ces neuf mois… Et du courage aussi pour acheter le matériel de puériculture sans y laisser vos nerfs, ahah !

      Gros bisous :*

  6. Pour avoir connu la joie des nausées pendant 9 mois (et pas mal de mes copines aussi…) je peux t’assurer que l’effet « gastro pendant 9 mois » existe bel et bien. Tu as eu beaucoup de chance de ne pas faire parties des heureuses élues 😉

    1. Je te crois à 100 %. Je n’ai pas été très précise dans ce paragraphe mais je parlais de mon cas (mon blog est un peu nombriliste, j’avoue ;)). Avant de tomber enceinte, j’imaginais vraiment que j’allais être malade comme un chien. Finalement, j’ai eu si peu de nausée que m’en plaindre serait déplacé. Mais je sais que tout le monde n’a pas eu cette chance. Cependant, j’ai souffert d’une fatigue très intense le premier trimestre (je m’endormais assise !) qui s’est un tout petit estompée au second trimestre pour revenir en force ces dernières semaines. C’est pas très cool non plus ^^

  7. Super article ! Merci <3 J'aime ton franc parler et la richesse et le travail de ton partage Oui la maternité est pleine de surprises Certaines très bonnes et d'autres moins.. J'ai adoré le voir et le sentir se trémousser dans mon ventre à l'écoute de certaines musiques Et j'ai détesté demander à mon chéri de me fermer les boucles de mes escarpins (oui car je ne les ai pas laissé tomber !)

    1. Bonjour Emeline, merci beaucoup 🙂 C’est drôle de te lire ici parce que je t’ai découverte la semaine dernière via ton article sur l’écriture d’un roman !
      Pleine de surprises… Voilà, tu as tout résumé. Même si on nous raconte tout, on ne peut définitivement pas s’attendre à 95 % de ce qui se passe. Ah oui, la surprise quand le bébé réagit aux musiques ! Nous, on s’est promis de garder secret que notre fille bougeait comme une folle sur du Lorie… (bon, je viens de le lâcher sur la toile, on repassera pour la discrétion, hihi !)
      Je suis impressionnée de lire que tu as porté des escarpins jusqu’au bout ! Je mets exceptionnellement des bottines de 5 cm et j’ai déjà le sentiment d’être une warrior… Par contre je comprends ta frustration de ne plus atteindre tes pieds avec tes mains, bonjour tristesse ! Je ne sais pas si c’est parce que ma fille est basse depuis toujours mais j’ai échappé à ce phénomène, ouf ! Bises !

  8. Dsl si on, ou si j’ai?, pu être oppressant pour le prénom (ou sur d’autres choses où je ne m’en suis pas rendue compte). Pour t’avouer , je comprenais votre choix et à la fin je regardais d’un œil amusé les gens essayer de vous faire cracher le morceau comme si ça allait tout changer ! Et c’est vrai que je comprend encore mieux car moi même j’ai subi des questions incessantes sur le prénom venant de la part de personnes que tu ne connais même pas ! Les femmes sont déjà tout le temps jugées, alors une femme enceinte , une femme en gros qui a la responsabilité d’un autre être, c’est impossible dans notre société de la laisser faire sa vie toute seule .. non mais, tu imagines laisser une telle responsabilité à une seule femme ? ! ^^ et soit disant passant, ça réduit encore plus le père, lui aussi est tout autant responsable, les choix se font à deux, entre vous, pas l’un qui choisit, ni même l’entourage et ni même le médecin bien penssant. Mais rien que vous deux!

    Moi j’étais contente que vous ne nous l’aviez pas annoncé tout de suite, ça fait moins de temps à attendre! Haha non sérieusement c’était la plus jolie des surprises, et ça, ça n’a Pas de prix 🙂

    PS: j’espère que j’aurai le droit de la louer de temps en temps quand même … 😉
    Hihi aller, bisous !

    1. Oh non t’inquiète Lilou, tu n’as pas été oppressante du tout ! Et pour être transparente, ce ne sont pas les gens les plus proches qui ont été les plus intrusifs. À la limite, ça aurait été moins bizarre ^^. Parce que la fois où je me suis retrouvée avec des gens que je rencontrais pour la première fois et qu’ils se sont mis à ma matraquer de questions, j’étais… choquée. Du coup, j’ai dû passer pour une connasse prétentieuse mais tant pis. Non mais !
      T’as des amis très impliqués, dis donc ! Mais c’est ça qui est drôle : plus les gens sont étrangers au truc, plus ils veulent en savoir. Et il y a la variante des inconnus qui se mettent à te raconter l’accouchement-boucherie de l’amie de la cousine du copain de la soeur d’une connaissance. Mais pourquoi tu fais ça ?!

      Tu as raison concernant la responsabilisation de la femme et la de-responsabilisation du papa. J’hallucine du nombre de fois où on m’a accusé de penser ou faire des choses. Comme si je choisissais mal (sympa…) ET seule. D’ailleurs, je m’attends à des avalanches cyniques de « ah ça, c’était l’idée de Delphine » quand on annoncera le prénom. Spoiler : le papa adore le prénom et il n’en n’imagine pas un autre pour sa fi-fille chérie, alors pouet-pouet ;))

      Merci pour ton message, t’es trop gentille :* ! Mais ne parle pas de location pour ma fille, ça n’est pas un objet comme l’a très bien souligné une personne que j’ai choquée dans les premiers commentaires 😉 (entre nous, ce ne sera pas une location mais bien un prêt contre bons soins ^^). Toi qui pensais qu’on allait vous offrir un voyage quand on a annoncé la grossesse, je suis ravie que tu aies surmonté la déception, ahah 😀

      Bisous !

  9. Merci pour ce bel article que je partage à 100% !
    Je n’en suis qu’au début de ma première grossesse (56/57 jours de grossesse, yeah !) mais il y a tellement de points qui vont, je le sais, m’énerver dans les mois à venir !
    Avec mon compagnon, on a partagé notre liste de prénoms que l’on aimait (déjà avant que je ne sois enceinte) à sa famille et ça nous a fait rire les commentaires dessus (on aime l’excentrique et l’ancien très ancien).
    Mais je sais que pour ma famille c’est hors de question d’en parler. Pas envie qu’on me dise que « tu sais, Matthieu/Matieu/Mathieu etc… ou Laetitia c’est beaucoup plus joli et courant ! »… ouais, justement…
    Et puis de toute façon, ils ne le sauront pas avant la naissance héhé (bonjour relations compliquées !)

    J’ai aussi de la chance côté symptômes ! Je m’assois un peu dessus. Un peu …
    Pas de vomissement, juste des nausées à longueur de journée (mais ça s’atténue enfin ! yes !) mais pas à en avoir envie de vomir. Juste la grosse gêne où tu réponds « désolée mon amour, mais va falloir attendre quelques heures avant que je te fasse à manger … ma biscotte d’il y a 6h est pas digérée encore » xD
    Par contre, si y a des gens qui ont un transit lent de manière générale qui passent par ici, j’ai besoin de témoignage : suis-je la seule pour qui la grossesse à accélérer le transit ?
    Je suis normale pour la première fois de ma vie héhé.

    En tout cas superbe article ! J’en suis fan haha 🙂 hâte d’avancer dans ma grossesse pour connaître la suite !
    Mais d’abord : visite prénatale n°1 en fin de semaine !

    1. Tu fais comme moi, tu pars du principe que les gens vont être pénibles x) Je croise les doigts pour que tu sois agréablement surprise alors !
      Je connais beaucoup de personnes qui ont partagé le prénom avant la naissance. C’est un choix et ça peut se comprendre aussi. Si je l’avais fait, ça aurait juste été pour que les gens s’habituent : j’appréhende les blancs et les têtes déçues à l’annonce avec le bébé dans les bras. C’est pas cool pour elle si elle ressent de petites tensions :/ Après, je me fais une raison : un prénom ne plaira jamais à tout le monde. Et puis, c’est quand même un choix important qui doit avoir une signification, une raison d’être. On ne va pas faire un référendum pour le choisir !
      J’ai eu de légères nausées aussi au début, surtout le soir. Mais rien de dramatique. Je te souhaite que tu continues à te sentir plutôt bien et que ton transit reste cool LOL. Je ne suis pas pas médecin et je ne me suis pas vraiment intéressée au sujet mais je me souviens avoir lu qu’en début de grossesse, c’était les hormones qui modifiaient éventuellement le transit. Souvent il est ralentit mais ça n’est pas toujours le cas, il peut aussi être accéléré. Je crois qu’il y a des moyennes mais pas de règles. On n’a pas toutes les mêmes symptômes, la même prise de poids, ni rien. Pars du principe que tu es normale dans tous les cas ;p
      Bonne visite prénatale alors, vous devez être hyper excités ! Je comprends que tu aies hâte de connaitre la suite. Il y a plein d’étapes et globalement, c’est quand même une expérience positive et unique en son genre 🙂

  10. Notre mini nous n’est pas encore là mais je me reconnais tellement dans de nombreux points que tu abordes!
    Merci de décomplexer et oser dire la « vérité » sur ce qui se passe réellement quand on est enceinte !

    1. Et encore, je ne dis pas tout, je ne veux pas décourager celles qui sont encore en essai bébé (ahah) ;))
      Plus sérieusement, merci pour ton message. Je pense qu’on rencontre toutes les mêmes joies et les mêmes déconvenues, on ne le vit pas forcément toutes de la même manière, c’est tout. Néanmoins, même si je râle (c’est ma spécialité ^^), je trouve l’expérience de la grossesse positive et remplie de nouveaux sentiments et de nouvelles aspirations. Tout est loin d’être rose comme dans les comédies américaines mais c’est quand même un moment… spécial 🙂
      Bon courage pour la suite de ta grossesse :*

  11. Coucou !

    C’est chouette de lire ce genre d’articles ! Moi ce qui me fait peur c’est de ne pas pouvoir manger de fromages !
    C’est bien tes envies ne sont pas trop caloriques, ça aurait pu être pire !

    Je suis plus ou moins choquée pour ce qui est du personnel soignant… Disons que plus rien ne m’étonne quand je vois le peu d’humanité que j’ai eu suite à mon opération. C’est juste dingue qu’on retrouve cet aspect là quand on est enceinte. Je suis étonnée que tu aies rencontré ça avec la sage femme car j’entends souvent que ce sont des personnes plus humaines

    J’ai bien ri en lisant ta référence à Florence Foresti ! Personnellement ce n’est pas tant la grossesse qui m’effraie mais plus l’accouchement et l’après. La douleur, le temps d’accouchement, l’épisiotomie si il y a et tout ce qui est acception de son nouveau corps.

    C’est dingue que les personnes soient aussi intrusives avec une femme enceinte.
    Les questions sont vraiment très mal placées… Bon je n’ai pas encore été enceinte mais si un jour on me pose ce genre de question surtout le « t’es pas trop constipée » je lui sortirai qu’habituellement mon transit n’est pas un sujet de conversation xD

    Alala et les injonctions vendent pas du rêve.

    Pour le prénom, j’avoue que quand une amie m’annonce sa grossesse je peux lui demander si elle a une idée mais après ce n’est même pas forcément pour savoir absolument le prénom en fait… Si elle me dit oui et qu’elle ne me le dit pas je ne vais pas me vexer. Et si le prénom n’est pas à mon goût je ne fais pas la remarque, c’est qu’il plaît forcément aux parents.

    Par contre les personnes qui insistent c’est plus que pénible quoi…

    En tout cas ton article est super intéressant car je vois qu’on est semblable sur plusieurs points et voir que ta perception a changé me rassure pour une éventuelle grossesse de mon côté ^^

    Bon courage pour les derniers jours (et désolée pour le commentaire pavé lol).

    Bisous !

    1. Hello Amandine,

      Si ça peut te rassurer, on peut manger pas mal de fromages quand même. Ce ne sera pas le moment de faire des dégustations de fromages fermiers, mais tu as de quoi contenir ta frustration 😉 C’est vrai que mes envies sont peut-être bizarres mais je n’ai jamais autant mangé de fruits & légumes de toute ma vie.

      Comme toi, je ne suis qu’à moitié surprise par le personnel soignant. Je ne sais pas pourquoi j’imaginais les choses différemment. Après, je ne suis pas non plus maltraitée, hein. Et ma sage-femme est gentille et rigolote… C’est juste qu’elle ne croit en rien qui sorte du domaine purement médical. Elle est très terre-à-terre et un peu défaitiste : elle ne croit pas au fait que je puisse accoucher sans péri (elle ne me l’a pas dit clairement mais le sous-entend) et elle part du principe que j’aurais une épisiotomie parce que j’ai une peau de rousse. Peut-être qu’elle a raison mais bon… elle pourrait quand même m’encourager, zut !

      Je ne sais pas si ça va t’encourager mais avant de tomber enceinte, l’accouchement me semblait insurmontable. Depuis, je n’y pense même pas. Là, tu vois, ça approche et je n’ai pas d’appréhension pour l’instant. Je vois ça comme une nouvelle étape de la grossesse. Je suis peut-être complètement inconsciente mais j’ai limite hâte de savoir ce que c’est ^^. Et puis je me dis que des milliards de mammifères ont accouché avant moi, c’est donc faisable 😀 (on en reparle après si tu veux, ahah !)

      J’ai le sentiment que le fait que tu sois enceinte désinhibe plein de gens. Ils te posent des questions très personnelles mais te racontent aussi des choses intimes. C’est un autre monde. Ça intrigue ceux qui ne connaissent pas encore et ça donne des envies de partage à ceux qui connaissent bien 🙂

      Ça ne me dérange pas qu’on me demande si on a choisi le prénom, qui l’a choisi, si on veut le partager tout de suite, si on veut donner un indice… Lors de ma baby shower, il y avait un petit jeu où chacun devait donner 26 prénoms (un par lettre de l’alphabet) pour essayer de deviner. C’était rigolo. Ce qui est insupportable, c’est l’insistance. Comme pour tous les sujets en fait, quand tu dis non une fois et qu’on insiste, tu te sens agressé :/

      Ne t’inquiète, tu ne seras pas obligée d’avoir un enfant. Et si ça arrive, ce sera ton choix, tu seras prête pour les concessions 😉 Il faut se faire confiance !

      Merci pour ton commentaire, tu peux écrire autant de pavés que tu veux ! Merci pour tes encouragements :*

  12. Etant sage-femme je comprend complètement ce que tu décris ^^ Mais la grossesse est tellement un moment particulier, chaque femme enceinte s’imagine des choses et finalement les choses se passent presque toujours différemment (en bien mais aussi en mal parfois). L’essentiel c’est de savoir s’écouter !

    1. Merci pour ton témoignage. Je crois effectivement qu’on a des attentes parfois en décalage avec la réalité. Pour ma part, j’étais bercée par la bienveillance des Maternelles & la série Call The Midwife. Alors l’atmosphère aseptisée de la clinique… bif baf bof ! Mais je ne peux m’en prendre qu’à moi-même sur ce point, j’aurais dû me renseigner différemment.
      Pour le reste, je pense qu’on traverse toutes les mêmes joies & désillusions mais qu’on ne le vit pas forcément de la même façon 🙂

  13. Merci pour cet article !

    Je suis à la moitié de ma grossesse, tout est ok ! Pas de vomissement et jusqu’il y a peu je pouvais assez facilement caché cette grossesse, que je déteste partager avec mon entourage non proches « alors tu sais le sexe ? alors ce prénom ? pas trop malade ? je peux toucher ? tu as pas l’air si fatiguée que ça ! ». Ça m’exaspère.

    Je prend doucement conscience pour cette 2nde partie de grossesse sera moins calme. Déjà parce que je commence à sentir bébé, que mon ventre grossit de jour en jour baladant avec lui mon centre de gravité qui amène ces potes les maux de dos avec eux… Je vais m’acclimater et tout va bien se passer.

    J’espère passer à coté de l’arrêt obligatoire avant mon congé maternité, croisons les doigts…

    Bonne fin de grossesse 😉

    1. De rien 🙂

      Je ris parce que j’étais comme toi : mon ventre a mis des plombes à se pointer et ça m’arrangeait bien. Je me rappelle très bien de la fois où « un inconnu » a calculé que j’étais enceinte : c’était la vétérinaire, courant février. Ma chienne a fait une radio et elle a voulu me montrer le résultat. Avant d’entrer dans la salle, elle a regardé mon ventre (à peine rond pourtant) et m’a dit « ne vous inquiétez pas, les machines sont coupées. » Ça m’a fait tout bizarre ^^

      Les maux de dos peuvent aussi être causés par l’étirement du bassin et des ligaments, pas seulement par le poids et le centre de gravité. C’est pas très cool… ! Pour ma part, c’est le bain qui me soulageait bien. Je partage l’astuce au cas où…

      Je te souhaite aussi de passer à côté de l’arrêt obligatoire. En particulier si ça n’est vraiment obligatoire °-°

      Plein de courage pour la suite de ta grossesse. Si tu commences à sentir ton bébé bouger, tu devrais aussi rencontrer quelques moments très sympas 😉

  14. J’ai l’impression de me voir dans ton article. Les jugements, le fait de ne pas se concevoir d’être enceinte, le fait que ce soit pas agréable, mais pas si désagréable que ça (ton mot « inconfort » résume tellement bien les choses).
    Je fais aussi partie de la team « grossesse nickel » sans avoir été malade et en me bougeant bien même à quelques jours du terme (j’ai fait mon shopping de Noël 2 jours avant d’accoucher 😀 )
    Et comme le dit une de tes lectrices, le jugement ne s’arrêtera jamais. Tant que tu es en accord avec toi-même, c’est le principal 🙂

    1. Salut Hélène,
      Être en accord avec soi-même (et avec le papa au passage ;)) est effectivement le plus important 🙂
      Mais ça demande une sacrée dose de confiance en soi pour ne pas se laisser marcher dessus, n’empêche. En lisant tout vos commentaires, je me réconforte en me disant qu’on passe un peu toutes par les mêmes interrogations ! Et puis il y a quand même beaucoup de positif dans cette expérience. Je n’ai pas détesté être enceinte (même si c’est loin d’être mon état préféré !) et je me découvre un début de fibre maternelle plutôt agréable.
      Merci pour ton passage ici :*

  15. Plus que deux semaines, ça passe si vite 😮 ! J’ai beaucoup aimé ton article, je ne suis pas enceinte mais la parentalité et le sujet en général m’intéressent beaucoup ! Je n’ai pas vraiment de préjugés, mais ayant des problèmes gynécologiques, j’espère juste qu’un jour j’aurais la chance de pouvoir vivre cette aventure, même si cela ne sera sûrement pas tout rose !

    1. Merci pour ton message Alexane 🙂
      Je te souhaite aussi de vivre une grossesse si tu en as envie. Tu es encore très jeune et la science évolue si vite… Tu n’as pas trop de souci à te faire, il y aura sans doute une solution pour toi si c’est trop compliqué naturellement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *