« Les filles qui… » selon les sorcières 2.0

On parle beaucoup de sexisme, de harcèlement de rue, de violence masculine. Et je suis la première à porter les armes dans ce combat, seulement j’aimerais savoir pourquoi on évoque si peu la malveillance féminine. Ah oui on ne se bat pas tellement à coups de poings, mais plutôt à coups de phrases cinglantes. C’est plus discret et ça peut éventuellement passer pour de l’humour si jamais on se fait pincer.

Halloween est peut être l’occasion de parler des sorcières de la vraie vie ! Évidemment, tu penses tout de suite à ta collègue de bureau qui ne peut pas s’empêcher d’interpréter et de critiquer chaque jupe, chaque sourire, chaque mail et chaque mot de ses consœurs. Au travail, j’ai rencontré des femmes bien moches de l’intérieur mais je leur trouvais des excuses. Souvent, c’était des femmes qui avaient quinze ou vingt ans de plus que moi et je me disais que c’était générationnel. Qu’elles vivaient encore sous l’influence d’une éducation patriarcale et désuète. D’expérience, je peux te dire que ça n’est pas une excuse et que tu ne dois pas accepter d’être jugée et maltraitée par qui que ce soit. Mais ça, c’est une autre histoire !

Pour l’heure, j’ai envie de parler de jeunes filles épanouies. Celles qui ont la vie devant elles, le pouvoir à bout de clavier et les joues encore pouponnes. J’ai envie de parler de filles de mon âge (quoi, je peux bien dire que j’ai encore les joues pouponnes si ça me fait plaisir !) et des plus jeunes. J’ai envie de parler des réseaux sociaux. J’ai envie de parler des filles qui commencent leur tweet par « les filles qui… »

Oh tu en vois tous les jours ! L’as-tu seulement remarqué ? Dans ce bas monde, il y a des influenceuses qui pensent mieux que le reste de la populace. Peut-être. Ou pas. D’ailleurs, influenceuse ou pas, peut-être que toi aussi tu t’es laissée tenter par un tweet agacé (et un peu lâche, il faut bien l’avouer) pour dénoncer un comportement qui ne devrait pas te gêner mais qui te mets pourtant hors de toi.

Si ça t’arrive régulièrement, il est possible que je me sois désabonnée de tes réseaux. Non pas que je me sente supérieure ni que j’estime ma façon de pensée meilleure que la tienne. Juste que ça me blesse. Même quand je ne me sens pas visée, je suis blessée par les messages agressifs (oui, je sais, pauvre petite chose ^^). Et il existe des serial tweeteuses malveillantes à la pelle. Je les appelle les sorcières 2.0 et pour être honnête, je ne comprends pas leur propos. Si tu fais partie de ces filles ou si tu comprends ces comportements, laisse-moi un commentaire. Ça pourrait m’éclairer.

Tu veux peut-être des exemples à ce stade ? Sache que je ne balancerai aucun nom (bien que ça démange la sorcière en moi, parce que oui, j’en ai une sous ma carapace de blogueuse parfaite ;)). Mais je peux te donner de vieux exemples ou des exemples qui reviennent souvent de filles très différentes. Pêle-mêle, on a des messages méprisants du type : « les filles qui mettent 36 photos d’elles pour illustrer un article… », « les filles qui racontent leur vie sur les réseaux sociaux… », « les filles qui portent des jupes ras les miches dans les transports en commun… », « les filles qui se maquillent comme des cagoles pour aller travailler… », « les filles qui likent leurs propres photos Insta… », « les filles qui achètent des followers… », « les filles qui hashtaguent leur nom de blog sous leurs propres photos… », « les filles qui se laissent maquiller par les sephorette avec les testeurs… », …

Je continue ou tu vois où je veux en venir ? Bien sûr, ce n’est pas toujours formulé de cette façon mais le ton condescendant est toujours là. Plutôt qu’un simple « les filles qui instagamment leur petit-dèj… », on peut lire « quelqu’un peut m’expliquer pourquoi il y a des filles qui instagramment leur petit-dèj, ça intéresse qui ? » ou plus violent « Faudrait exterminer les filles qui instagramment leur petit-dèj ». Ok. Oui, j’ai déjà lu des appels (ironiques bien sûr mais quand même…) à « exterminer » les filles qui parlent de tel sujet, qui travaillent pour telle marque ou qui se maquillent de telle façon. Je veux bien avoir un peu de second degré mais le fond du message me choque quand même un peu.

Je comprends pourtant tout à fait l’agacement. Moi aussi, certaines filles m’agacent sur le web. Elles m’agacent une fois, deux fois, trois fois éventuellement et puis j’arrête juste de les suivre. C’est humain, on n’est pas obligé de s’entendre avec tout le monde. D’ailleurs, il y a beaucoup de filles dont je suis le blog ou la chaîne Youtube mais que je fuis sur les réseaux. J’aime leur travail mais j’ai du mal avec leur personnalité. Je m’autorise même à faire du follow / unfollow (ahah !). Certaines filles aiguisent ma curiosité, j’ai envie de les suivre mais je fais vite un trop plein. Alors je les suis, et les « dé-suis » régulièrement. D’ailleurs, je suis peut-être visée quand elles tweetent « les filles qui follow/unfollow… ».

J’ai envie de bonne humeur et de gratitude. Si chaque fois que je me connecte sur un réseau j’en ressors blasée, je ne vois pas l’intérêt. Cet article est dans ma tête depuis des mois mais je le trouvais un peu hautain, un peu trop bien-pensant. Et puis ce matin, j’ai découvert une instastory abjecte. Une blogueuse se moquait d’une catégorie de ses abonnées. Je n’en dis pas plus parce que je n’ai pas envie que tu retrouves la blogueuse en question. Mais quelle horreur ! Quelle méchanceté gratuite ! J’ai toujours pensé que cette fille était une sorcière 2.0 mais là, elle a fait péter tous les scores.

Ce genre de comportement me blesse vraiment. J’ai de la peine pour celles qui se reconnaissent peut-être et qui n’ont rien demandé à personne. Je voulais d’ailleurs te dire que si un jour tu te retrouves dans ce type de propos malveillant, ce n’est pas à toi d’avoir honte mais plutôt à la personne qui les a postés. Si on analyse la situation, TU es la victime, ELLE est le bourreau. Quelque soit le sujet, tu n’as pas à subir un lynchage, même anonyme. Je pourrais encore écrire des paragraphes sur le sujet mais je vais conclure sinon je vais te perdre !

Tu penses peut-être que je ne vaux pas mieux puisque moi aussi je dénonce « des filles qui… », en l’occurrence « les filles qui critiquent « les filles qui… » » (arf, ça devient compliqué !). Je te l’accorde, ça n’est pas fair-play. En même temps, je ne veux pas passer cette forme de cyber-harcèlement sous silence. Tu n’as pas à justifier tous tes actes pour contenter des curiosités malsaines. Laisse les sorcières aigries dans leur coin. Si un comportement te met mal à l’aise, tu n’es pas obligée de le subir non plus, arrête de suivre les filles qui n’ont pas les mêmes valeurs que toi. Tu te sentiras plus légère et plus à l’aise dans l’univers impitoyable des réseaux sociaux.

Je termine (vraiment cette fois !) cet article avec trois filles inspirantes et positives :

Odile Sacoche. C’est grâce à elle que j’ai déculpabilisé de me désabonner des comptes que je jugeais malveillants ou agaçants. Odile (c’est un pseudo) partage ses états d’âme et sa vision du monde. On se suit un peu dans la découverte du minimalisme et de la pensée positive.

Harmony Lu. Blopine de longue date, Harmony est une belge expatriée à New-York. Elle diffuse une pensée bienveillante sans forcément le dire. Ni même le faire exprès, elle est juste « elle ». Elle est très active sur Youtube et si tu ne la connais pas encore tu verras à quel point elle n’est pas prise de tête. ♥♥ sur toi Momo :*

Et Pourquoi Pas Coline. Cette personne ne sait absolument pas que j’existe. Elle fait partie d’un autre monde, le monde des grosses influenceuses. J’adore Coline parce qu’elle est simple, drôle, humaine. Elle est vegan, elle consomme frenchy. En plus, elle fait les choses bien et partage ses astuces sans pour autant te dire que si tu manges du cochon et que t’achètes des fringues made in China t’es une c*nnasse. Elle te laisse être et toi tout en diffusant des messages peace & love.

Voilà. Mon laïus est terminé. Si tu as lu jusque là, merci ! Qu’en penses-tu ? Est-ce que la malveillance entre filles sur les réseaux te dérange ou est-ce que tu arrives à passer outre ? D’ailleurs, tu fais peut-être partie des filles que j’ai pris en grippe dans cet article. Si c’est le cas, n’hésite pas à partager ton point du vue, ça peut être intéressant aussi (j’imagine que si tel est le cas, tu ne te vois pas comme une sorcière du web ;))

 

Crédit | Montage photo fait à partir d’une image Freepik créée par kjpargeter 

18 réponses sur “« Les filles qui… » selon les sorcières 2.0”

  1. Il était bien sympa ton article ! Pourquoi tu avais peur de ne pas l’assumer? Tu ne pointes du doigt personne, juste un fait. Qui malheureusement est assez courant et bien moche non?
    Ce n’est pas sur Twitter que la toile s’envenime comme ça? Je ne suis pas sur ce réseau donc je ressens très peu ce type de mépris envers telle personne ou telle manière de faire/de poster/de parler/de vivre/etc.. Du coup j’arrive à passer outre 🙂

    Les nanas, ces sorcières !^^

    1. Hello ma Carmenou 😀
      Je ne suis pas sûre d’assumer le fait de pointer du doigt un groupe de personnes. Je sais que des filles peuvent me lire, se reconnaitre dans mes « attaques » et se sentir blessées du coup. J’imagine que si elles se comportent de la sorte, c’est qu’elles estiment être dans leur bon droit… Mais oui, je juge ça moche !
      Si, c’est essentiellement sur Twitter qu’on lit des horreurs comme ça. Pas que, mais surtout. Tu es préservée si tu n’y es pas, c’est certain. Maintenant, j’ai appris à faire le tri sans état d’âme (d’ailleurs il y a certaines filles que je lis, que je suis ailleurs mais que je fuis sur Twitter).
      Des bisous !

        1. Ahah ! J’ai déjà testé pour être honnête et… c’est pas top. J’ai fait ça sur Youtube et je me suis vite rendue compte que j’attendais parfois plusieurs jours avant de voir une nouvelle vidéo dans mon fil d’actu. C’était pas très drôle ^^

  2. Oooh ma biche !
    Je lisais ton article en hochant la tête et en me disant « elle a tellement raison, je suis heureuse de ne pas suivre ce genre de personnes » et bim, à la fin, je vois mon nom dans les personnes que tu apprécies ! Tu as fait ma journée là <3
    C'est super important de s'entourer de positif, il y a déjà assez d'horreurs dans le monde pour en plus lire des méchancetés à longueur de "scroll" Twitter (ou autre), je suis tout à fait d'accord avec ton raisonnement !
    Plein plein de COEURS sur toi ma belle biche <3
    Des bisous new-yorkais :p

    1. Merci de m’avoir lue Harmony 🙂
      Je ne suis pas tellement étonnée que tu sois d’accord avec le fond de mon article ! Mais je t’avoue que j’ai toujours peur de mal m’exprimer ou de mal choisir mes mots et de passer pour une fille désagréable. Manque de confiance ^^
      J’avais envie de terminer cet article par un partage de comptes positifs (parce qu’il y en beaucoup et heureusement !) et ton nom est venu tout de suite. T’es une fille bienveillante écoute, c’est comme ça, il va falloir t’y faire !
      Et oui, lire des mesquineries à longueur de scroll rend négatif. Pourquoi continuer ?
      Des bisous !

  3. Hello, cet article est super ! Tu dis haut ce que certains pensent tout bas ! Perso je fais comme toi, et je pense comme toi qu’on ne peut pas s’entendre avec tout le monde ! Donc si on aime pas on arrête de suivre ouïs c’est tout ^^ . Et même si j’en comprends qu’au début tu ai eu de mal à assumer cet article (j’airais eu le même ressentit) finalement ce n’est pas le cas car tu fais juste un constat sans cite personne et j’ai bien aimé

    1. Hello Lisa ! Merci pour tes encouragements, ça me fait plaisir et ça me rassure. J’ai toujours un sentiment d’imposture quand je publie des articles humeur. J’ai peur que vus pensiez « mais de quoi elle se mêle celle-là ?! ». Et puis, c’est dur d’écrire sur un fait de société sans porter un jugement trop cassant, on a tous une opinion et c’est normal.
      Bref, ravie de voir que tu penses la même chose que moi. J’espère que cet article aidera certaines personnes à oser faire du tri dans ses suivis. Ce n’est pas être hautain ou méchant, c’est juste respecter ses valeurs et son bien-être. Un peu de positif dans nos fils d’actu ;))

  4. Coucou !

    Je suis choquée qu’une blogueuse puisse se moquer ainsi ouvertement de ses abonnés. Ce n’est vraiment pas respectueux.
    Internet, et les réseaux sociaux, peuvent être une source de méchanceté et des personnes peuvent se retrouver mal dans leur peau à cause de cela.
    Je trouve ton article très intéressant, ça fait du bien de lire ça, on ne le lit pas assez.
    Sur Twitter ça m’arrive de tomber sur de la méchanceté mais aussi de la violence que je ne cautionne pas. Tu vas sur Twitter pour te changer les idées et au final ça te mine le moral.
    Comme toi, j’ai trié mes comptes et depuis ça va mieux.

    Malgré tout, je vois le bon côté des choses, grâce aux réseaux sociaux j’ai rencontré de belles personnes grâce à cet intermédiaire et je suis contente de les avoir dans ma vie !

    Bisous !

    1. Re-coucou Amandine,

      Idem… Mais cette fille en question est une récidiviste, je voyais souvent passer des pics et des jugements de sa part. Finalement ça n’a été que la confirmation que je n’appréciais pas trop sa manière d’être sur les réseaux 😉
      Encore une fois, la même chose, Twitter me met parfois mal à l’aise avec du contenu volontairement méchant, voire violent. Et même quand on se désabonne, on a droit a des RT parfois… o_o

      Heureusement qu’il y a aussi beaucoup de positif sur le web ! J’y suis depuis plus de quatre ans et je ne partirais pour rien au monde. Je me suis fait plein d’amies et j’ai découvert beaucoup de choses ici 🙂

  5. J’ai lu ton article mais j’avoue que même si je vois où tu veux en venir avec les exemples cités, je n’y suis pas tellement confrontée. Je ne suis pas Twitter (j’ai un compte, comme tout le monde, mais je ne m’y connecte pas), et je ne suis pas tant de comptes que ça sur Insta. Du coup je m’épargne pas mal de sorcières !
    Par contre, je fais un pont (peut-être HS) avec les sorcières et sorciers de la vie réelle. J’ai un réel coup de gueule contre les préjugés et réactions machistes que j’entends bien trop souvent, au travail ou ailleurs. Comme tu le sais (ou pas d’ailleurs), depuis quelques mois (voire l’an dernier) je suis entrée dans une lubie rouges à lèvres. Du corail, rose, framboise, prune, (pas de rouge encore) … Evidemment je le fais pour moi, j’aime bien, je me sens belle, je me sens femme, bref. Et les remarques que je reçois me mettent hors de moi !! Il y a les positives bien sûr, mais les autres Oo Il y a bien sûr ceux qui associent le rouge à lèvres à une prostituée… Mais aussi une femme qui m’a comparée à une geisha (au sens dame de compagnie pour les hommes, merci mais non), un homme qui m’a demandé pourquoi et pour qui je me maquillais, si j’étais amoureuse, … Au nom de quoi devrait-on se maquiller pour quelqu’un d’autre que soi-même ?!

    1. Hello Delphine,

      Effectivement, ce sont des exemples propres à Twitter. Bien que sur Facebook on puisse voir des trucs comme ça aussi. Ainsi qu’en Instastory ^^. J’ai choisi cet angle parce que je pense que c’est celui qui parle le mieux à la plupart des filles qui suivent les blogs. Mais je te rejoins à 100 %, dans la vraie c’est la même chose !
      C’est vrai dans le milieu familiale parfois (j’avoue être très protégée de ce côté-là mais je sais que ça existe) mais ça l’est encore plus dans le milieu pro.

      Je comprends tellement ton énervement. Mais de quoi se mêlent ces gens ? Même quand ça part (éventuellement…) d’un bon sentiment comme avec le type qui te demande si tu es amoureuse, c’est hyper envahissant ! Et te dire que tu ressembles à une prostituée ou à une geisha, sérieusement ?! Déjà, je ne comprends pas qu’on puisse le penser mais alors l’assumer et le dire… ça me dépasse.

      J’espère que tu as plus de répondant que moi. Je portais beaucoup de rouges à une époque pour aller travailler et je souriais poliment et me justifiais même ! Grrrr. Je crois qu’aujourd’hui je lancerais un regard condescendant et je ne prendrais même pas la peine de répondre. #pascontent

      Et pour répondre à ta question (même si elle est réthorique), tu te maquilles pour toi. Ou pour quelqu’un d’autre peut-être mais parce que TU as envie de t’apprêter pour quelqu’un. Pas par obligation. Non mais.

  6. Je suis d’accord avec toi.. J’ai beaucoup de mal avec la méchanceté et l’intolérance de manière générale et d’autant plus sur les réseaux où ça devient de plus en plus banal.. Evidemment la distance instauré par l’écran et le côté « irréel » de l’interlocuteur facilite grandement les propos blessants puisqu’on ne voit pas la conséquence sur l’autre. Ce n’est pas une excuse pour autant. Il y aura toujours quelqu’un de l’autre côté pour être blessé, touché ou pour qui ce sera la parole de trop. J’ai beaucoup de mal à comprendre d’une part l’intérêt de critiquer à tout vas et d’autre part le fait que ce genre de personne semble ne pas être touché(e)s par les potentielles conséquences de leur propos… Enfin dans tout les cas, je pense qu’effectivement arrêter de suivre les personnalités toxiques est la bonne solution et il n’y a aucun raison de se sentir coupable pour ça !

    1. Hello ! Non, ça n’est pas une excuse, c’est très individualiste 🙁 Après, on ne changera pas le monde alors autant se prendre en mains et se préserver. Oui aux unfollow qui font du bien ♥
      Merci pour ton passage ici !

  7. Et ben je suis tout à fait d’accord avec toi et comme toi ça m’arrive de faire du follow / unfollow ou de me désabonner de certaines personnes que j’aime bien sur le blog mais pas sur les RS. C’est vrai que twitter ça peut être sympa mais je trouve que le climat est souvent trop lourd , négatif et du coup je le fuis autant que je peux, en tout cas t’as bien fait de dénoncer ça, je pense exactement la même chose <3

    1. Hello Justine, merci beaucoup pour ton message 🙂
      J’imagine que je ne fais qu’enfoncer une porte ouverte mais je n’ai pas pour ambition de changer le monde. Je voulais juste dire qu’on avait le pouvoir et le droit de se désabonner. Il a fallu que je l’entende de la bouche de quelqu’un d’autre pour le comprendre. Du coup, je me dis que ce message peut toucher d’autres filles. Pourquoi se faire du mal ?
      Bises

  8. Très bon article, j’ai adoré. De manière générale j’adore tes articles humeur. Moi j’ai beaucoup de mal avec la négativité ambiante et les critiques gratuites sur les réseaux sociaux. Pas au point d’en être affectée et de vouloir arrêter de bloguer (pour l’instant du moins) mais je trouve que ça n’apporte rien du tout qu’une mauvaise ambiance et ça peut blesser beaucoup de gens.
    Je ne suis pas beaucoup de sorcières 2.0 ahah, mais avec Twitter, on voit même les Tweet de gens qu’on ne suit pas avec le système de « un autre a aimé/retweeté cette publication ».
    J’ai même du mal à donner mon avis par exemple sur les sondages IG et Twitter « j’aime/j’aime pas » quand je n’aime pas je préfère ne pas voter, j’ai trop peur de faire de la peine (et pourtant c’est anonyme ahah enfin sur Twitter du moins).

    1. Merci Claire ! Je sais qu’on est sur la même longueur d’ondes toutes les deux. Ça ne me donne pas non plus envie d’arrêter de bloguer. Juste d’arrêter de suivre les gens, ahah !
      Ça m’agace aussi de « subir » des méchancetés à cause des « bidule a aimé » et des retweet. D’ailleurs, les RT de méchanceté m’énerve encore plus que les tweet eux-mêmes, je crois…
      Tu es trop mignonne ! Et je te comprends. Moi aussi je m’abstiens souvent de dire quelque chose en contradiction avec la pensée de la personne. Ou alors je l’argumente vraiment et je prends des pincettes. Mais je crois qu’on est les deux seules personnes au monde à fonctionner comme ça ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *